Etape 46

  • 27 octobre
  • 32 km + 10 km en taxi
  • O PedruzoNegreira

Il y a un brin de fébrilité dans l’air. Les gens se lèvent alors qu’il n’est pas 6h. Je suis la dernière à quitter le gite, il est 7h. Pour marcher, je m’éclaire à l’aide de mon téléphone portable. Je suis également victime de l’excitation. Je sens que ma vitesse de marche est légèrement supérieure à l’habitude. J’ai beaucoup de mal à me poser à cause du monde et de l’humidité. Mais, je souhaite que mon carnet témoigne de ce défilé. Nous sommes à la queue-leu-leu. Alors, je traverse la chaussée, je m’installe au soleil. A 10 m du tracé du défilé, rares sont les marcheurs qui prêtent attention à l’artiste. A Monte do Gozo, je retrouve avec joie Malgo. Elle est avec tout un groupe international de jeunes. Il s’est formé au long des étapes. Elle s’empresse de feuilleter mon carnet et de le monter aux autres. J’ai déjà vu, parfois échangé, avec tous les jeunes qui l’entourent. Il y a un Italien, un Israélien, une Allemande… Nous nous congratulons. Nous nous embrassons chaleureusement. Nous avons réussi ! Je repars.

A l'aquarelle, cinq marcheurs de dos, à la file, avancent, le long d'une bordure d'eucalyptus
Lavacotta (Galice – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 27 octobre 2017

J’arrive à l’entrée de Santiago à 13h. Une heure plus tard, sur le parvis de la cathédrale, j’enlace Wolfgang, Henry (sa maman, Julie, est partie à la recherche d’un hébergement) et Louisa. Elle marche avec une Islandaise. Puis, je file retirer la Compostela. Après plus d’une heure de queue, je reprends ma route vers Fisterra. Il est 15h30. L’attente m’a complètement stressée. Je trace sur 5 km avant de me retrouver. La foule a disparu. Elle est restée à Santiago. Je retrouve l’attrait de la marche d’avant Puente la Reina. Le sentier est étroit. Il serpente à travers bois et champs. Je suis heureuse. Aujourd’hui, j’entame allègrement la fin de mon aventure.

A Castello, l’auberge est fermée. Il est 18h. La nuit tombe à 19h. Je n’ai pas la capacité de marcher 10 km en une heure. Alors j’opte pour un taxi. Au cours de ces 7 semaines, c’est ma seule infraction à la marche. La chauffeuse me parle des dangers du bois que j’aurai pu avoir en continuant de nuit :

  • En ce moment, la nuit, le danger ne vient pas de l’homme. C’est la saison des ruts. Les cerfs sont être dangereux.
  • A bon, ce ne sont pas les hommes !
  • Non, les animaux sont plus dangereux surtout la nuit.
Publicités