Etape 42

  • 23 octobre
  • 20 km
  • San Mamede do CamiñoMercadoiro

Depuis Puente la Reina, je qualifie le Chemin d’autoroute du pèlerin. Mais, là, après Sarria, je ne sais plus quel dénominateur utiliser. Il y a encore plus de monde. Il y a de nombreux groupes, aux caractéristiques de troupeaux. Ils avancent sans un regard autour d’eux. Ils semblent quasiment indifférents au reste du monde. Le Chemin est devenu bruyant, tumultueux. Mais il est vivant. Cette affluence dans un environnement rural est assez surréaliste.

Je découvre les greniers à grains typiques de la Galice. Ils sont nombreux. Celui de Leda est immense. Il a la particularité d’être dans un champs dont l’accès s’ouvre sur la petite route que je sillonne. Je pousse la grille d’un vieux portail. Il n’est pas fermé. Je m’assieds à la base d’un muret, au pied d’un pommier bien garni. Ainsi isolée, je suis légèrement à l’abri des regards de la foule de marcheurs. Quelques malins en profitent. Ils pénètrent dans le champ pour cueillir une belle pomme rouge. Je retrouve Regina. Elle marche avec Pary, une Californienne. Hier après-midi, elles ont eu un coup de pompe. Elles se sont arrêtées juste avant San Mamede do Camiño.

A l'aquarelle, un grenier à grains typique de la Galice. Il est posé sur 4 pieds en pierres, alignés à égale distance sous la longueur du grenier. Ce dernier est habillé de lates en bois, verticales peintes en rouge. Sur la gauche, 2 arbres maquent son départ. sur la droite, un début de champs.
Leda (Lugo – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 23 octobre 2017

La campagne est verte, très boisée. Les parcelles agricoles ne sont pas grandes. Elles sont délimitées par des haies de pierres ou par des taillis. Les clôtures sont encore artisanales. Les portails également apportant un charme singulier au paysage. Il y a de nombreuses essences dont beaucoup de châtaigniers. Depuis la montée vers El Cebreiro, les bogues jonchent le sol. Régulièrement, je croise des ramasseurs. Ils sont repérables : un seau ou un panier sous le bras, des gants de caoutchouc épais aux mains. Bizarrement, aucune albergue a inscrit la châtaigne à son menu.

A l'aquarelle, un champs fermé dans le fond par deux murets de pierre qui se succèdents, puis une haie d'arbres. En premier plan, à l'entrée du champs, sur la gauche, un petit massif d'herbes. Sur la droite, une barrière en bois
Ferreries (Galice – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 23 octobre 2017

J’ai un nouveau coup de coeur. A Mercadoiro, l’auberge est à l’écart d’un village, seule, en pleine campagne. Ici, tout est calme. Etant donné que je me suis déjà arrêtée deux fois pour peindre, la foule du matin s’est estompée. Apparemment, elle est plus attirée par le gros bourg qui est à 5 km. Arrivée à l’accueil, je suis surprise. Il y a Regina et Pary qui prennent leur lit, alors que je ne les ai pas vues depuis Leda. Nous sommes presque synchronisées. Nous sommes peu nombreux. En dehors de Regina, Pary et moi, il y a une Danoise, un Anglais, un couple d’Australiens et une jeune Allemande.

A l'aquarelle, de face, une bâtisse sur le mur de laquelle, une flèche jaune, caractéristique du Chemin, est peinte, pointe vers la gauche. En premier plan, un chemin passe, il descend. Sur le mur porteur repose une petite construction de type cellier. La toiture et la petite façade sont arrondies sur l'angle gauche. Côté droit, la végétation semble prendre appui sur le mur principal ouvert sur l'étage de deux fenêtres.
Mercadoiro (Galice – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 23 octobre 2017
Publicités

Etape 41

  • 22 octobre
  • 22,5 km
  • Fonfría – San-Mamede

Enfin, le soleil ! Au départ de Fonfría, à 1250 m, il gèle à peine. Au fil de la descente et du lever du jour, la température remonte. Les odeurs, endormies par le mauvais temps, explosent. Des senteurs de pins sur les hauteurs, puis d’humus en sous bois, un vrai régal pour mes sens qui sont en alerte. Plus bas, dans la plaine, le Chemin serpente entre des murets ou à flancs de coteaux. Une nouvelle fois, j’ai la sensation de retrouver mes racines, celles du Béarn mais en plus rurales. Le tracé traverse des fermes. Certains villages ou hameaux ont leur chaussée en terre battue. Les animaux de basse-cour sont en liberté. Je m’arrête devant une poule. Elle promène ses huit poussins. Je suis sous le charme de la petite famille.

A l'aquarelle, un sentier barré par une simple barrière de bois faite d'une branche d'arbre. A gauche elle est posée sur un muret de pierre. A droite, elle prend appui au pied d'un arbre.
Triacastela (Lugo – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 20 octobre 2017

En Galice, il n’y a plus d’effluves de moutons. Une odeur que je retrouve régulièrement depuis Jaca. Pourtant, je croise rarement les troupeaux. Par contre, ils laissent trace de leur passage sur le sol. A Furela, ma route surplombe des parcelles, toutes séparées par des haies ou des murets. En contre-bas, en second plan, des moutons paissent. Je m’installe sur la hauteur pour les poser sur mon carnet.

A l'aquarelle, deux champs se suivent, séparés par un muret de pierres, posées sur la tranche. Le premier champs est vert, fermé sur la gauche par un grillage tenu par des piquets de bois. Derrière, plus loin, un gros arbre au feuillage vert / jaune. Derrière, le second champ à l'herbe jaunie. Derrière, un bois aux feuillages ocre
Furela (Lugo – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 20 octobre 2017

 

Soudain, sortant d’un enclos, un berger arrive. Il conduit un troupeau de vaches à longues cornes. Il le fait entrer dans le terrain du premier plan, juste sous mes pieds. Alors je délaisse le croquis des moutons, que j’ai en partie esquissé, pour saisir les vaches avant qu’elles ne repartent. Elles viennent boire. 1/2 h plus tard, deux vaches sont immortalisées. Je reviens à mon premier croquis mais les montons ne m’ont pas attendue. Ils ont disparu. Concentrée sur les vaches, je ne m’en suis même pas aperçue. Alors, je les oublie. je pose les couleurs sur l’esquisse. Je ne reviendrai pas avec une aquarelle de moutons… Si, j’en ai quand même une, celle réalisée à Santa Cilia de Jaca.

A l'aquarelle, deux vaches à très longues cornes en forme de lyre. Leur robe est rousse. Sur la gauche, la vache est de profil. Sur la droite, elle est de dos
Furela (Lugo – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 20 octobre 2017

Je fais la dernière escale de la journée à San Mamede do Camiño. Une Allemande, Regina, rencontrée hier à Fonfría, m’en a fait l’éloge alors que ce matin nous faisions une partie de la descente ensemble. Implantée en pleine nature, l’albergue est attirante. Je n’ai aucune difficulté à être conquise par la vue et sa perspective d’autant que la ville qui suit est Sarria. Cette dernière est à 100 km de Santiago. Elle attire foule de pèlerins qui font juste les 100 derniers kilomètres exigés pour avoir la Compostela. Malgré ses fortes recommandations, Regina n’est pas là. Dans le dortoir, je retrouve entre autres : Louisa, Gudrun ainsi que Henri, sans sa maman. Ils n’avancent pas au même rythme… Ce soir, y a également une invasion d’Italiens. Ils sont une bonne douzaine répartis sur 4 groupes…

A l'aquarelle, un paysage légèrement vallonné. Une suite de parcelles se succèdent et se fondent à l'horizon. Elles sont séparées par des haies basses et arborées. Les tonalités sont dans les vert et ocre
San Mamede do Camino (Lugo – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 20 octobre 2017

Etape 40

  • 21 octobre
  • 22,9 km
  • RuitelanFonfría

Depuis la traversée des Pyrénées, je n’ai pas affronté une telle montée. Cependant, elle est moins longue que celle du col du Somport. Elle me convient bien. Ce matin, l’air est froid, 6°, et humide. Régulièrement, il y a des averses. Pour peindre, ce n’est pas l’idéal. Pour marcher, ça l’est. Bien protégée, j’attrape de sacrées suées. Sous mes protections anti-pluie, je suis trempée par ma transpiration. Alors quand, au profit d’une éclaircie, je m’assieds à flanc de montagne à 1330 m d’altitude, je n’ai pas conscience de mon état. Quand je me relève, le soleil a disparu. Je suis frigorifiée. Je claque des dents. Sous mon anorak, l’humidité de mes vêtements s’est refroidie. Mon corps également. Mes muscles sont douloureux. J’ai l’onglet aux mains et aux pieds… Heureusement, O Cebreiro est à proximité. Je rentre dans un bar. Pour la première fois depuis mon départ, je m’offre un plat chaud à midi. Après ce bon remontant, je repars affronter le froid avec plaisir. Je suis reboostée.

A l'aquarelle, vue sur une succession infinie de montagnes. Les premières pentes sont vertes bordées d'arbres dont l'ombre va vers le devant. La pente descend de gauche à droite. Les autres reliefs sont moins précis allant de tonalités vertes vers des bleus pour se confondre avec le bleu noir du ciel. Dans le ciel, côté droit, les trainées de la pluie qui tombe, alors que l'ombre des arbres laisse penser que le soleil filtre.
El Cebreiro (El Bierzo – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 21 octobre 2017

Avec le vent froid, les risques d’averse, je n’arrive pas à m’arrêter. Le ciel est chargé, les éclaircies sont rares. Je fais une tentative alors que Fonfría est à moins d’un kilomètre. J’ai choisi d’y faire escale pour la nuit. La pluie m’interrompt. Aujourd’hui, le parapluie ne suffit pas à protéger mon dessin. Alors que je range mon sac à dos, j’entends un bruit de fond qui s’amplifie. Je reconnais l’intonation de chants et de paroles. C’est une procession d’une vingtaine d’hommes, coiffés d’un Borsalino couleur crème et au faciès latino-américain. A la tête de la troupe, un homme lit des textes ou entonne des chants religieux. A sa suite, le reste du groupe reprend. Les voix sont fortes. Le rythme des pas est soutenu. Cette exubérance de foi n’empêche pas l’un d’entre eux de me frôler indélicatement de très prés.

A l'aquarelle, un sentier par de toute la largeur de a feuille pour rétrécir et disparître à mi hauteur dans l'horizon en tournant vers la gauche. Il est bordé de buissons de fougères rousses et autres végétaux aux diverses tonalités de vert et jaune. En bas de l'horizon, le ciel est bleu noir pour s'éclaircir sur le haut de la feuille.
Fonfría (Lugo – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 21 octobre 2017