Une rangée de 5 poules, rousses, sur fond noir. Elles sont toutes en position différente, de profil, de face la tête entrain de picorer, de profil pour le coq, puis de dos, la dernière montrant son postérieur

Etape 47

  • 28 octobre
  • 21 km
  • NegreiraSanta Mariña

Jusqu’à présent, je suis passée à la lisière d’incendies. Là, je traverse une petite zone qui a brûlé il y a 10 jours. L’odeur est encore présente. Il fait beau. Pourtant, cet environnement me glace. Un marcheur allemand a la même réaction que moi. Il pose un regard anxieux sur la forêt détruite :

– Je n’aurai pas aimé être là quand ça a brûlé. Rien qu’aujourd’hui, j’en ai la chair de poule. Ca fait peur.

A l'aquarelle, partie basse d'un bois, tous les troncs sont noirs, calcinés, la terre également.
Negreira (Galice – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 28 octobre 2017

Pourtant, il ne perd pas le nord. Il me prend en photo. Il m’a déjà croisée et n’en revient toujours pas.

– Chaque fois que je te vois, tu es entrain de peindre. Comment fais-tu ?

Puis, il s’en va en affirmant :

– Je suis sûr que nous allons nous revoir.

A la sortie de Cornado, je trouve un peu d’ombre. Le sentier est très dégagé. Le soleil cogne, malgré le vent. En cette saison, il devrait pleuvoir. La chauffeuse de taxi d’hier s’est beaucoup étalée sur le sujet :

– Normalement, il pleut de septembre à décembre. La sècheresse règne sur la Galice depuis 10 mois. Un malheur pour nous, les habitants.

A l'aquarelle, vue qui plonge sur un pré. En fond, il est fermé à gauche par une barrière, puis par d'immenses arbres
Cornado (Galice – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 28 octobre 2017

Ici, la pluie est attendue avec beaucoup d’impatience. En attendant, je marche sous un soleil de plomb.

Quand je rejoins une auberge, elle est en bordure d’une route à grande circulation, à la sortie de Santa Mariña. Le cadre n’est pas des plus esthétiques. Mais, le dortoir est confortable et spacieux. Dehors, je fouille du regard à la recherche d’un point de vue, J’entends un coq chanter. En cherchant, je trouve un tout petit poulailler coincé au fond d’un hangar occupé par un tracteur. La lumière est absente. Dans ce fond ténébreux, le roux des poules ressort, alors je les croque…

Une rangée de 5 poules, rousses, sur fond noir. Elles sont toutes en position différente, de profil, de face la tête entrain de picorer, de profil pour le coq, puis de dos, la dernière montrant son postérieur
Santa Mariña (Coruña – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 28 octobre 2017
Publicités