A l'aquarelle, au milieu d'un écrin végétal (vert foncé sur la gauche à jaune or sur la droite), la petite église d'Eunate. En arrière plan la chaine de montages

Etape 15

  • 26 septembre
  • 15,5 km
  • TiebasObanos

Je ne suis pas mécontente de quitter Tiebas. Le village est étriqué au centre d’une zone industrielle qui semble dédiée à l’extraction de matériaux de roches. Comme la veille, la première partie du tronçon est inondée du bruit des véhicules. Par contre, elle est bien damée et large. Elle est agréable pour le repos de ma tendinite. J’attends de quitter cette aire industrielle pour envisager de sortir mes pinceaux. Au loin, une tâche de couleur se dégage d’un ensemble verdâtre, une oliveraie. Un jaune flamboyant attire mon regard comme un aimant. Alors de m’installe à même le sol profitant du soleil en cette fin de matinée.

A l'aquarelle, en premier plan sur la gauche, un arbre aux camaïeux or, en face sur la droite des oliviers bleu
Olcoz (Navarre / Navarra) – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 26 septembre 2017

Quand je fais escale à Eunate, site très réputé, il n’y a pas d’autocar de touristes. Je saisis cette tranquillité pour faire le tour de la petite église. Je ne rentre pas. L’entrée est payante comme celle de beaucoup d’édifices espagnols. Je ne saisis pas cette exclusion du public. Je comprends que l’entrée des groupes de tours opérateurs soit payante, mais pas celle des visiteurs individuels ! Déçue, je poursuis. Sur les hauteurs, je me retourne pour admirer une dernière fois l’église. La vue est belle, alors je profite d’une aire de repos pour déballer mon atelier. Entre temps, l’activité touristique a repris. Les bus arrivent. Le bruit des voix des visiteurs remonte jusqu’à mes oreilles.

A l'aquarelle, au milieu d'un écrin végétal (vert foncé sur la gauche à jaune or sur la droite), la petite église d'Eunate. En arrière plan la chaine de montages
Eunate (Navarre / Navarra) – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 26 septembre 2017

Dernière étape avant l’entrée sur « l’autoroute » du Chemin, le Camino Francés. J’ai pris le parti de faire escale juste avant pour bénéficier d’un peu de tranquillité. je veux éviter de dormir dans les grands sites. Malgré tout, la taille du refuge de Óbanos fait réfléchir. Il est doté de 36 lits superposés collés-serrés dans une unique pièce… Heureusement, nous ne sommes qu’une dizaine. L’hospitalier m’invite à laisser un dessin dans son livre d’or. Je pars avec, ainsi qu’avec mon carnet d’aquarelles. Le résultat sur le livre d’or n’est pas terrible. Le papier est glacé, la peinture glisse dessus. Je fais le même motif dans mon carnet. Le résultat est à l’opposé. En fin de journée, mon regard croise celui d’une jeune polonaise, Malgo. Nous dinons ensemble. A 32 ans, elle vient de démissionner d’un travail qu’elle juge vide de sens pour partir sur le Chemin. Elle est en quête d’une nouvelle vie mais elle ne sait pas encore quelle direction prendre. Malgo est pleine de questions sans réponse.

A l'aquarelle, sur la gauche en premier plan un vélo posé contre le mur d'un édifice religieux. Sur la droite, un arbre aux feuilles rouge foncé
Obanos (Navarre / Navarra) – Espagne), aquarelle plein air, Cécile Van Espen, A5, papier grain fin, 300 g/m2, 26 septembre 2017
Publicités